Le Centre National de la Danse
vous informe :

Nicolas Le Riche, danseur étoile
1997, 94', couleur, documentaire, danse, VHS

Réalisation : Jérôme Laperrousaz
Production : Amor line, La Sept-Arte, Opéra national de Paris
Participation : CNC, Ministère de la culture (DMD), Procirep


A l'âge où les élèves de l'école de danse de l'Opéra de Paris sont le plus souvent sujets dans le choeur de ballet, Nicolas Le Riche fut nommé danseur étoile par Patrick Dupond, et Noureev l'avait déjà choisi à 18 ans pour danser Roméo dans son ballet "Roméo et Juliette". Le portrait esquissé par Jérôme Laperrousaz témoigne constamment de cette jeunesse extrême, fait plutôt rare parmi les étoiles. Immense, le visage lunaire et le sourire permanent, Nicolas le Riche évoque en vrac son amour de la danse et des artistes, sa peur devant les accidents successifs (double fracture d'une vertèbre, opération du genou) et la mise en danger de son avenir professionnel, le surmenage dû à un travail en continu et la difficulté de s'en protéger. Pour Roland Petit, Le Riche, c'est le nouveau Babilée, celui pour qui il avait créé le ballet de Cocteau, "Le Jeune Homme et la Mort". Lorsqu'il le découvre, il recrée entièrement pour lui le rôle du Jeune Homme. Une rencontre phare pour le danseur étoile qui cite encore, parmi ses "maîtres", John Neumeier et Mats Ek... Enfin, en cerise sur le gâteau, nous découvrons madame Masaka Aya, l'amie excentrique et fortunée de Rudolf Noureev et Nicolas Le Riche...
Fabienne Arvers
CNC - Images de la culture

Fermer