Le Centre National de la Danse
vous informe :

Grand Ecart - A propos de la danse contemporaine française
2000, 94, ' couleur, documentaire, danse, VHS

Réalisation : Charles Picq
Production : Les films Pénélope, La Sept-Arte, Maison de la danse (Lyon)
Participation : CNC, SACD, Procirep, Ministère des affaires étrangères, Ministère de la culture et de la communication (DMD)


Charles Picq a concocté un panorama chorégraphique des vingt dernières années, survolant le travail de Maguy Marin, Bouvier-Obadia, Régine Chopinot, Jean-Claude Gallotta, Dominique Bagouet, Mathilde Monnier, Michel Kéléménis, etc. On comprend sa démarche, d'un point de vue historique, mais le choix des artistes, la parole donnée ou non à ceux qui sont filmés et le vide concernant la nouvelle génération d'artistes laisse perplexe. Heureusement, les paroles de Mathilde Monnier ou de Maguy Marin sont suffisamment généreuses et passionnées pour nous donner envie de découvrir à quoi ressemble la danse de l'an 2000. Cependant, quand Charles Picq nous montre un court extrait d'un spectacle de Käfig, il passe sous silence son point de vue sur la danse hip hop, préférant laisser Karine Saporta nous donner son avis. Boris Charmatz, représentant unique de sa génération, a le bon goût de ne pas se poser en chantre de la relève ; bien au contraire : "Nous n'avons pas besoin d'être rebelle pour proposer de vraies ruptures, de nouvelles propositions." Un contre-point intéressant à l'avis de Régine Chopinot, à propos de la difficulté des jeunes à créer aujourd'hui : "Ce n'est pas facile d'être repéré comme nous l'étions à notre époque où le terrain était vierge. C'est ça le désastre : tout a été fait." Et l'on sent que Charles Picq n'est pas loin de partager cet avis.
Fabienne Arvers
CNC - Images de la culture

Fermer