Le Centre National de la Danse
vous informe :

Pour saluer Etienne Decroux
1992, 58', couleur, documentaire, théâtre, VHS

Réalisation : Jean-Claude Bonfanti
Production : Atmosphère communication, France 3


C'est dans les années 20, à l'école de Jacques Copeau qui jouxtait le théâtre du Vieux-Colombier, que le jeune Etienne Decroux découvre le mime alors enseigné par une jeune fille à la fois élève et maître d'art corporel, mademoiselle Copeau, désormais connue sous le nom de Marie-Hélène Dasté. Le choc sera tel que Decroux consacrera sa vie au mime. Ce portrait alterne des archives montrant Etienne Decroux enseigner son art avec une gravité et une passion qui en font tout le sel et des interventions de ses élèves qui témoignent de ce qui fut son but : doter la pantomime d'une grammaire, à l'égal du langage et de la danse. Marcel Marceau, Raymond Devos, Corinne Soum et Steven Watson (Cie le Théâtre de l'Ange fou) qui furent ses assistants, rappellent l'influence qu'exerça sur lui la danse expressionniste allemande, de Mary Wigman à Kurt Joos, la danse américaine, Isadora Duncan en tête, la sculpture antique et moderne, celle de Rodin particulièrement. N'est-ce pas lui qui disait : "C'est assez extraordinaire de penser qu'un comédien qui se produit devant des milliers de personnes a travaillé sa voix, mais pas son corps. C'est une infirmité ! "
Fabienne Arvers
CNC - Images de la culture

Fermer